Les grandes marques ont protégé leurs .CO

Jean-François Poussard Par Jean-François Poussard, le 08 juillet 2010
En partenariat avec 01net

Les noms de domaine en .CO s’ouvrent à tous en juillet à des tarifs élevés (phase « landrush » jusqu’au 16 juillet 2010) puis « normaux » à partir du 20 juillet. En amont, les marques ont bénéficié d’une période d’enregistrement prioritaire pour déposer leurs noms en .CO. PointCO.FR a étudié comment les cents plus grandes marques mondiales ont appréhendé cette nouvelle extension. Résultat, 89 % d’entre elles ont sécurisé leurs .CO.

Les conclusions de notre étude (*) basée sur l’analyse whois des marques les plus valorisées par Interbrand sont sans appel. La grande majorité des entreprises a protégé efficacement leur nom à l’identique dans la nouvelle extension .CO.

Des .CO qui redirigent vers des .COM

« Markétée » avec de nombreuses significations comme COmpany, COrporate, COmmerce, COmmunauté, COllectivité, COnfidentiel, COmmunication, COnnect, COpyright… (lire notre précédent article à ce sujet : Le .CO bientôt ouvert à tous), l’extension colombienne ne peut pas nier sa proximité typographique avec l’hégémonique .COM.

Douze entreprises qui ont déjà enregistré et activé leur .CO le font logiquement rediriger vers leur .COM. C’est le cas des Adidas, Giorgio Armani, Nestlé, Nintendo ou Starbucks. Il serait intéressant de connaître le trafic naturel généré par ce typosquatting d’extension (nommé « TLD squatting »).

Ces bons élèves qui utilisent déjà un nom de domaine qu’ils payent (pratique assez logique tout de même mais bizarrement pas si répandue) ne sont pas majoritaires. 87 % des noms déposés ne sont pas activés. Les Apple, BMW, Canon, Ebay ou Google n’ont pas encore fait de redirections. Laissons leur un peu de temps, la période d’enregistrement prioritaire s’est conclue il y a à peine un mois.

Elément innovant de l’ouverture du .CO, l’agent de validation Deloitte a créé une liste de marques notoires protégées. 33 % des sociétés comme Axa, Cartier Ferrai, Ikea, L’Oréal, Nike, Pepsi ou Sony ont utilisé ce système pour que leur .CO soit bloqué à l’enregistrement par des tiers.

Quelques noms libres et déjà les premiers squatting

Huit marques dont nous tairons les noms pour ne pas attirer d’éventuels cybersquatteurs ont laissé leurs noms à la merci du premier arrivé, seul servi.

Malgré la possibilité accrue laissée aux marques du monde entier pour sécuriser leurs noms, le .CO n’échappe pas au cybersquatting .Hannah, la belle inconnue des pages parking (lire la chronique de Jean-François Poussard à ce sujet) a déjà posé son visage au milieu de liens sponsorisés sur burberry.co. Des publicités concurrentes de KFC apparaissent déjà sur la page parking kfc.co.

Est-ce que le .CO deviendra le repère de squatteurs en tout genre, avides de récupérer le trafic d’internautes étourdis qui oublient le M du .COM ? Au contraire, le .CO sera-t-il un nouveau suffixe « crédible, mondiale et reconnaissable » comme le vante son registre et comme Twitter semble le penser (le site de micro-blogging va exploiter le nom de domaine t.co pour raccourcir des liens, lire notre article à ce sujet ) ?

Nous en saurons plus cet été. Il ne reste plus que jusqu’au 16 juillet (la période vient d’être prolongée de trois jours) pour utiliser la phase « Landrush » pour déposer le nom de votre choix (société, patronyme, noms génériques…) mais à un tarif assez élevé (plusieurs centaines d’euros selon les prestataires, 489 € HT chez PointCO.FR). Cette limitation par le prix permet de limiter le nombre de demandes et optimise les chances d’obtenir les noms de domaine de votre choix avant l’ouverture totale. Cependant des enchères auront lieu pour départager les noms faisant l’objet de plusieurs commandes.

À partir du 20 juillet 2010, l'attribution des .CO se fera sur la base du premier arrivé, premier servi pour quelques dizaines d’euros. Des pré-enregistrements à 99 € HT / an ont débuté pour cette période plus accessible économiquement chez PointCO.FR .

(*) Analyse effectuée le mardi 6 juillet 2010 par Eva Lecorps

Besoin d'information complémentaire ?
Contactez un expert ProDomaines pour vous conseiller.

+33 (0)5 35 54 34 00

contact
You must have Javascript enabled to use this form.

Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné aux opérations relatives à la gestion commerciale. Les destinataires des données sont le personnel de ProDomaines.

Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à info[at]prodomaines.com .

Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant. Informations supplémentaires sur notre page de mentions légales.

Contact
···